L'énergie Éolienne au Canada

Une Série de Documents Vidéo:
Le Nouvel Âge d’Or du Cuivre

L'énergie Éolienne

En l’espace de quelques années, l’énergie éolienne est devenue rapidement une importante ressource pour de nombreux services publics du Canada.  Le vent sert désormais à la production d’électricité reliée au réseau et est utilisé pour combler une part sans cesse croissante de la demande d’électricité du Canada. Toutefois, par rapport à certains pays qui dépendent davantage du vent comme les Pays-bas, l’Espagne, le Danemark et l’Allemagne, cette part du marché électrique canadien est encore très petite. Aujourd’hui, une croissance rapide est à la fois encouragée et prévue en raison de diverses initiatives du gouvernement, des compagnies d’électricité et de l’industrie et parce qu’elle est stimulée par les demandes des Canadiens pour une source d’énergie propre, sûre et régulière.

Wind Mill Farm

La production d’énergie éolienne est un processus très complexe.  En termes simples, voici comment on pourrait l’expliquer... Le soleil réchauffe la terre à diverses vitesses, selon que la région est ennuagée, reçoit directement la lumière du soleil ou est couverte d’eau.  L’air au-dessus des zones chaudes se réchauffe, devient moins dense et s’élève en créant une zone de basse pression.  L’air froid des zones de haute pression adjacentes se déplace vers les zones de basse pression.  Ce déplacement d’air s’appelle le vent.

La grande masse continentale du Canada, la longue côte et la masse d’air relativement froid constituent une ressource éolienne très prometteuse.  En raison de cet énorme potentiel, la production canadienne d’énergie éolienne a augmenté de façon exponentielle au cours de la dernière décennie.  La capacité éolienne installée a plus que doublé en 2006; elle s’élève maintenant à 1 588 mégawatts.  On prévoit qu’elle atteindra 12 000 mégawatts d’ici 2015.

Meteriological wind map

Monsieur Ronald F. Frank, auteur du présent article, était le conseiller principal de la CCBDA en matière d’électricité. Il avait obtenu un baccalauréat en génie électrique de l’University of British Columbia de Vancouver, au Canada,  en 1950. Il avait travaillé 32 ans à la division de Northern Electric/Northern Telecom, où il était responsable de la mise au point, de la conception, de la fabrication et de l’installation de l’équipement électrique servant à la production, la transmission et l’utilisation d’énergie électrique pour les sociétés de services d’utilité publique, l’industrie et le commerce. De 1983 à 1996, il a été ingénieur principal au sein de la société Câbles Pirelli Canada, où il a assumé des responsabilités semblables.  Monsieur Frank était ingénieur agréé ayant le droit d’exercer au Québec.  Il a été le principal conseiller technique de l’Association en matière de conducteurs pour fils et câbles, d’essais de la résistance des raccords électriques, de production d’énergie éolienne et d’applications du cuivre en électricité.