5. Finis





On ne saurait passer sous silence les qualités esthétiques indéniables du cuivre et de son fini naturel résistant. La coloration que prend le cuivre dépend de l’usage dont on en fait. À l’extérieur, le cuivre se reconnaît par sa couleur verte. À l’intérieur, le cuivre peut prendre plusieurs autres patines.

Les patines artificielles (obtenues par traitement chimique) sont d’excellents choix pour les projets de décoration intérieure.  Le fini naturel, le fini d’usine et le fini oxydé obtenu par traitement chimique, les finis gris, le fini clair et les finis mécaniques sont d’autres types. Qu’il suffise de dire que le cuivre et ses alliages offrent un vaste éventail de finis.



Un intérieur réalisé à l’aide de feuilles de cuivre prépatiné.



Une entrée bien conçue et magnifiquement bien finie.

Finis mécaniques

De tous les finis mécaniques, le fini d’usine (manière dont la feuille ou bande de cuivre se présente à la sortie de l’usine) est le plus répandu.
Ce fini est brillant et très réfléchissant. À condition d’être bien protégé, le cuivre utilisé à l’intérieur peut rester dans cet état très longtemps. Le
fini poli comme du miroir est très réfléchissant. Le fini satiné est subtil et moins réfléchissant. Le fini mat satiné est un autre fini répandu, qui ressemble au fini satiné, mais dont la texture est plus épaisse. Le fini orienté s’obtient par l’ajout d’un grain au métal.

Le cuivre est un matériau qui se prête très bien au repoussage et à l’étampage. Le repoussage consiste travailler le métal de façon à créer
des effets décoratifs en relief. Le fini obtenu par déformation par coups répétés rend la surface très irrégulière, ce qui permet de créer des ombres. Le cuivre gaufré permet aussi de créer des ombres, mais la surface reste très lisse et ne présente que de petites ondulations.
Tous ces finis peuvent servir ensemble à créer des effets très particuliers.




Deux exemples de rampes et de ferrures en bronze.

Finis chimiques

La palette obtenue par l’utilisation de finis chimiques est très riche. Supposons qu’un décorateur d’intérieur veuille utiliser du cuivre de couleur verte. Comme la patine naturelle du cuivre n’est pas la même à l’intérieur qu’à l’extérieur, certaines usines soumettent le cuivre à des
traitements chimiques pour lui donner la patine verte. La solution idéale consiste à se procurer du cuivre prépatiné auprès d’un fournisseur de métaux traités. Le matériau doit être conforme à la norme B882 de l’ASTM, intitulée Prepatined Copper for Architectural Applications (Utilisation
de cuivre prépatiné en architecture). La deuxième solution consiste à faire appel à un poseur ou finisseur de métaux qui pulvérisera un produit chimique sur le cuivre laminé à froid. Mais comme les résultats sont plutôt quelconques, cette solution n’est pas recommandée.


Un mur intérieur en cuivre vieilli.

La troisième solution consiste à faire vieillir le cuivre de façon artificielle pendant quelque temps après la pose. Mais encore une fois, cette
solution n’est pas recommandée parce qu’on a peu de chances d’obtenir les résultats désirés.

Une mise en garde s’impose. Au contact de la nourriture ou d’un dissolvant, le cuivre dont la patine est artificielle peut se décolorer. Il devient
alors très difficile à nettoyer. Il est important de tenir compte de ce détail avant d’opter pour ce matériau.


Une marquise intérieure en cuivre prépatiné.


Un bel exemple de revêtement intérieur en cuivre prépatiné.

Le fini oxydé (coloration brune) est un autre fini résultant d’un traitement chimique du cuivre ou de l’alliage de cuivre. Il faut toutefois faire
preuve de prudence car le traitement doit se faire à l’intérieur sous atmosphère contrôlée. Comme pour le cuivre ayant une patine artificielle,
il faut aussi tenir compte du risque de décoloration. On peut aussi obtenir des couleurs sur demande en soumettant le cuivre à d’autres
traitements chimiques. De nombreux artistes et travailleurs de métaux architecturaux savent donner au cuivre des couleurs sur demande.
Mais seule une personne compétente sachant faire preuve d’une grande prudence devrait effectuer ce travail.



La couleur de cet intérieur en cuivre vieilli s’harmonise bien avec les autres matériaux de construction.

Pour donner une coloration spéciale au cuivre, on peut appliquer une peinture après l’apprêt. Le cuivre est un bon substrat. Mais le cuivre nécessite très peu d’entretien et sa couleur naturelle est magnifique. Qui donc penserait à le peinturer?

L’application d’un revêtement transparent pourrait être une autre solution pour donner du lustre au cuivre utilisé à l’intérieur. Qu’il s’agisse
d’une simple couche de cire ou d’un acrylique de haute technologie, le revêtement transparent contribue à préserver le fini naturel ou le fini
d’usine. Le choix du revêtement dépend des conditions d’utilisation du cuivre. Les revêtements transparents servent habituellement à garder
le métal très réfléchissant et à empêcher les traces de doigt et l’oxydation de ternir le métal. Un inconvénient cependant : ils ne sont pas permanents et pour conserver leur apparence d’origine, ils doivent être entretenus au fil des années. D’habitude, les revêtements
transparents sont plus résistants à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ils sont aussi sensibles à l’abrasion et à la dégradation causée par les UV,
autres facteurs dont il faut tenir compte.


Un détail du revêtement poli étincelant.


Finis nouveaux

L’utilisation d’un alliage de zinc ou d’étain a permis de mettre au point de nouveaux revêtements métalliques s’appliquant sur la feuille de cuivre laminé à froid. La couleur du matériau est très semblable à celle du cuivre au plomb servant à certains usages extérieurs.

Parmi les nouveautés, mentionnons les matériaux composites constitués d’une feuille ou d’une bande de cuivre collée en usine sur un substrat ferme, comme un plastique hautement résistant. À la fois fermes et plats, les matériaux composites peuvent servir à recouvrir des dessus de comptoir, des murs, des plafonds, des étagères et d’autres surfaces. Ces matériaux sont brevetés et il faut suivre les directives de pose du fabricant.


Alliages de cuivre

L’utilisation d’alliages de cuivre est une autre solution. Les propriétés des alliages de cuivre sont différentes de celles du cuivre. On peut
consulter un représentant de la CCBDA pour obtenir des précisions sur la résistance, la résistance à la corrosion et d’autres propriétés.

Pendant des décennies, les alliages de cuivre ont porté des désignations qui ont prêté à confusion et causé des erreurs. On sert désormais
du système de numérotation unifié pour désigner les matériaux utilisés en Amérique du Nord. Ces alliages sont présentés ci-dessous selon ce système et sous leurs anciennes désignations.

Il convient aussi de mentionner que l’épaisseur de la feuille ou de la bande de cuivre se mesure en dixièmes de pouce et non en poids (onces).

Voici quelques alliages de cuivre d’usage courant en architecture d’intérieur :

Alliage no C22000 (laiton rouge 90-10), renfermant 10 % de zinc, ce qui explique sa couleur rougeâtre. Il se présente ordinairement sous forme
de bande, de barre ou de fil.

Alliage nº C2300 (laiton rouge 85-15), renfermant 15 % de zinc, ce qui explique sa couleur rougeâtre. Il se présente sous forme de bande, de
tube et de tuyau très souvent destinés à des usages intérieurs.

Alliage nº 26000 (laiton jaune à cartouche), renfermant 30 % de zinc, dont la couleur naturelle est jaune. Il se présente ordinairement sous
forme de bande, de tube ou de tuyau.


L’alliage nº C2600 a été le principal matériau pour construire cet intérieur.

Alliage nº 28000 (métal Muntz), de couleur rougeâtre. Il renferme 40 % de zinc. Détail important : il n’est offert que sous forme de plaque,
feuille ou bande laminée plate.



L’alliage n° C28000 a été utilisé abondamment pour décorer l’intérieur de cet auditorium.

Alliage nº 38500 (bronze architectural), se mariant bien à l’alliage nº 28000. Il est offert sous forme de barre extrudée et non sous forme de
produit laminé plat. Les alliages nº 28000 et nº 38500 s’utilisent souvent ensemble pour des travaux de revêtement métallique intérieurs.

Alliage nº 65500 (bronze au silicium) ne renferme que 3 % de silicium. Sa couleur naturelle est rougeâtre. Il est ordinairement offert sous forme
de plaque, feuille, bande, tuyau et tube.

Alliage nº 74500 (maillechort), imitant l’argent, légèrement jaune de l’avis de certains. Il renferme 10 % de nickel, 65 % de cuivre et 25 % de mélange de zinc. Il est offert sous forme de feuille, bande, barre et tube.

Il est important de bien appareiller les couleurs en utilisant divers alliages de cuivre pour réaliser un décor intérieur. La CCBDA offre de
l’information sur les feuilles, bandes, produits extrudés, tubes et tuyaux, barres, fils, pièces coulées, organes de fixation et métaux d’apport pouvant s’utiliser ensemble.